Les origines de la main à la pâte

La main à la pâte a été lancée en 1996, à l’initiative de Georges Charpak, prix Nobel de physique 1992, Pierre Léna, Yves Quéré et de l’Académie des sciences dans le but de rénover l’enseignement des sciences et de la technologie à l’école primaire en favorisant un enseignement fondé sur une démarche d’investigation scientifique.

Ayant connu les ravages de la guerre, Georges Charpak espérait utiliser la science comme moyen de lutter contre l’obscurantisme et la barbarie.

"On assiste ainsi à une mystification de la connaissance qui a pour résultat une conception du monde dont de nombreux éléments sont irrémédiablement hors du champ de compréhension - donc du contrôle - de la majorité des individus. Cette pensée ésotérique induit une stratification du monde - ceux qui ont des pouvoirs, savent et agissent tout haut et, loin en dessous, ceux qui s’étonnent, admirent et suivent sans comprendre - débouchant sur le fatalisme béat et la déresponsabilisation des individus."

Citation tirée de Devenez sorciers, devenez savants de Georges Charpak et Henri Broch.

Rompant avec l’enseignement « empiriste » des sciences, fondé sur un cours magistral durant lequel l’élève doit absorber les connaissances distillées par le maître, la main à la pâte introduit un apprentissage « constructiviste », au cours duquel l’élève fait preuve de créativité et d’autonomie, pour redécouvrir des faits scientifiques par lui-même.

Haut de page



À lire aussi...

La Main à La Pâte à l’Espace Pierre-Gilles de Gennes

Depuis janvier 2000 l’Espace des sciences Pierre-Gilles de Gennes de l’ESPCI est un lieu d’expérimentation de l’Accompagnement en Science et (...) 

> Lire la suite...

L’ASTEP à PSL – Formation et Bilan

Formation et suivi des étudiants de PSL à l’ASTEP 6h en début d’année (3 x 2h) Suivi sous forme de permanences en alternance avec des réunions tous (...) 

> Lire la suite...